logo

Labastide Dauzac - 2nd Vin

AppellationMargaux
ClassementSecond Vin
ColorRouge
Volume75 cl
See complete datasheet keyboard_arrow_down
€23.50 (tax incl.) / unit In Stock

remove_circle add_circle x6

Besoin d'un conseil ? On vous répond : +33 5 53 07 10 31
du lundi au samedi de 8h à 19h

Chez vous dans 48 à 72 heures

Paiement 100% sécurisé
logo-sg.jpg

02011BAST075

 

Datasheet

Appellation Margaux
Classement Second Vin
Color Rouge
Volume 75 cl
ABV 13%
Service temperature 16 - 18°C
Aging potential 8 ans et plus
Carafe aeration Yes

Dégustation

Sa robe est d'une couleur rouge pourpre, avec un très bel éclat. Le nez est frais et élégant, où se mêlent le fruit et un délicat fumé. Il rappelle l'amande grillée. La bouche est harmonieux au palais, il présente une bonne persistance en bouche, grâce à sa densité et suavité. Son élégance rappelle son origine Margaux. La fin de bouche se caractérise par une agréable fraîcheur.

Technique

Second vin du Château Dauzac, La Bastide Dauzac est issu de jeunes vignes ou de parcelles non affectées à l’assemblage du Premier Vin de ce Grand Cru Classé de l’A.O.C. Margaux. Il est vinifié, avec beaucoup de soins dans les chais rénovés de Dauzac. Son élaboration fait l’objet des mêmes attentions que celles prodiguées à son grand frère le Château Dauzac, pour lui permettre, comme lui d’exprimer toute la richesse de ces terroirs médocains. On notera un élevage de 12 mois en barriques de chêne merrain.

Maison

La vigne date probablement du XIIe siècle, mais il faut attendre 1740, avec l’arrivée du comte Thomas Michel Lynch pour que le vignoble de Dauzac soit façonné et puisse ainsi entrer dans le classement de 1855. Anecdote historique et non des moindres pour la viticulture, c’est à Dauzac que la bouillie bordelaise a été mise au point par le professeur Alexis Millardet. Mise au point en 1885 à Dauzac, cette recette sauvera le vignoble européen du mildiou.D’un seul tenant, les 40 hectares du château Dauzac reposent sur un terroir de graves profondes Le château a été racheté le 1er janvier 1989 par la Maif qui en a confié la gestion à André Lurton en 1992.